Autobiographie de Guy Novès. On a lu le livre « La tête haute », ce qu’il faut en retenir

Autobiographie de Guy Novès. On a lu le livre « La tête haute », ce qu’il faut en retenir

Actu Rugby Voir mon actu Suivre Guy Novès, le plus gros palmares du rugby français, a sorti une autobiographie très riche en anecdotes. 10 boucliers de Brennus, 4 Coupes d’Europe : dans l’histoire du rugby français, aucun entraîneur n’a fait aussi bien. Actuellement retiré des terrains (même si « plusieurs clubs » ont souhaité le recruter après son licenciement, NDLR), il a publié son autobiographie – intitulée « La tête haute » – disponible depuis le 4 mars dernier, et dont la sortie a été retardée en raison du premier confinement. Ce livre ne retrace pas uniquement la carrière sportive de Guy Novès : cela va bien au-delà, avec un zoom sur son adolescence, sa famille, la rencontre avec son épouse, ses études, son métier de professeur de gym et son rôle d’éducateur, ou bien encore sa maison qu’il a construite « de ses mains » du côté de Pibrac (Haute-Garonne). […] Quelques piques bien senties sont envoyées à Andrea Lo Cicero et son « état d’esprit », ou encore Christian Califano et le « sentiment de trahison ». […] Son passage délicat à la tête du XV de France se réduit à une quarantaine de pages, pas plus. S’il voit plus « une rivalité sportive » avec Bernard Laporte, président de la FFR, c’est à l’encontre de Serge Simon qu’il est le plus cinglant. […] Il m’a écrasé au sol, j’ai ressenti une douleur atroce ; il m’a semblé que mon rein avait éclaté, je ne pouvais plus respirer. Jean-Claude Skrela, qui était capitaine, n’a pas été tendre avec moi : « ou tu reprends le jeu ou tu quittes le terrain ». […] « Dès l’enfance, j’ai toujours abordé la compétition avec le désir de mieux faire, qui est presque devenu une obsession. […] Son histoire ne pouvait me laisser indifférent : il était parti de rien, il avait vendu des journaux, distribué le lait. […] La première entrevue, un déjeuner de deux heures en tête à tête avec le vice-président Serge Simon a donné le ton. Il a indiqué qu’il ne m’avait pas choisi, et que notre collaboration ne serait pas facile. Je ne découvrais pas Serge Simon puisque nous avions été en rapport quand il était président de Provale. […] Et pour une heure d’entretien, il y a 3 heures de dérush derrière », raconte Grégory Letort à Actu Rugby. […] De jolies pépites au sein d’un livre qui n’est pas un règlement de comptes avec certains acteurs du rugby : « Il ne l’a pas fait dans ce sens-là. Et il n’allait pas parler que de ça. Cela serait bien dommage de réduire ce livre à son passage avec les Bleus, car il y a bien plus que ça ».
Source : https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/autobiographie-de-guy-noves-on-a-lu-le-livre-la-tete-haute-ce-qu-il-faut-en-retenir_40296252.html

Laisser un commentaire